18 Apr

Arbre à disquettes

Publié par l'Atelier d'Enzo  - Catégories :  #Divers

Adieu disquette

 

Dong... Dong... Dong... Approche, ami technophile, et recueille-toi. Entends-tu le glas ? C’est pour la disquette qu’il sonne. Décédé, le petit disque et son enveloppe de plastique. Toute mourue, la bonne vieille disquette et son malheureux mégaoctet de mémoire, et c'est désormais officiel : la toute dernière disquette 3,5 pouces est sortie des usines nippones en 2011.

 

Retour nostalgique en forme d'adieu sur l'ancêtre de la clé USB.

 

Sauvegarder une image, un montage vidéo, un mixage sonore, une progression dans un jeu vidéo... Que représente le pictogramme des boutons de sauvegarde, dans n'importe quel logiciel passé ou actuel ? Bingo ! Une disquette. Le petit carré de plastique au goût délicieusement rétro évoque encore aujourd'hui l'action de stocker des données. La plupart des logiciels étaient livrés sur plusieurs disquettes, à insérer dans l'ordinateur les unes à la suite des autres. Photoshop 3.0 comptait ainsi 7 disquettes d'installation. Et Windows 95 ? Une quarantaine !

Comment c'est fait une disquette ?

Au cœur de la bête, un disque magnétique d'un diamètre de 3,5 pouces. Il est composé de 80 pistes concentriques ( un peu comme un arbre ) sauf que leur nombre ne permet pas de déterminer l'âge de la disquette mais sa capacité, bien entendu. Dans la version classique de 1,44 Mo.

Aujourd'hui un Téraoctet qui est en passe de détrôner son petit frère Giga en tant que mesure de référence pour le stockage de données correspond à peu près à 700000 disquettes. Si on part d'une épaisseur de 3 mm, ça donne une pile de 2100 mètres de hauteur, soit six fois et demie la tour Eiffel.

Source : Camille Gévaudan

Arbre à disquettesArbre à disquettes
Arbre à disquettes
Arbre à disquettesArbre à disquettes
Commenter cet article

À propos

Créateur d'objets en fil de fer